Nvono-Ncá agradece la labor ante la CIJ

À la suite du verdict rendu le 11 décembre par la Cour Internationale de Justice (CIJ) concernant l’affaire qui fait face à la Guinée équatoriale et à la France depuis quatre ans, l’Ambassadeur de Guinée équatoriale aux Pays-Bas et mandataire de l’affaire, Carmelo Nvono-Ncá, a tenu à remercier toute l’équipe d’avocats, collaborateurs et assistants, pour le travail mémorable réalisé devant la prestigieuse Cour.

La Guinée équatoriale a présenté sa demande à la CIJ, la plus haute juridiction des Nations Unies, en 2016 et depuis lors, toute la délégation de la Guinée équatoriale, composée d’une importante équipe d’avocats internationaux, de juristes équato-guinéens et du personnel de la Mission diplomatique de Bruxelles, a travaillé dur pour développer la meilleure défense internationale que notre pays ait jamais eue.

Nvono-Ncá agradece delegación GE
Une partie de la délégation quittant la CIJ

L’objectif de la Guinée équatoriale à la CIJ a toujours été de pouvoir être écoutée avec respect par le pays français devant un haut niveau de droit international. Ce que fait la France dans son pays est très différent, selon ses lois et ses institutions, qui bénéficient bien entendu de tout le respect de notre Nation, en tant que pays souverain.

Dès le début de l’affaire, la Guinée équatoriale a invité à tout moment la France à régler ses différends de manière amicale, comme l’a souligné l’Ambassadeur Nvono-Ncá au début de chacun de ses discours en tant qu’agent. Cependant, malheureusement, le pays français n’a jamais répondu à cet appel à l’amitié.

Nvono-Ncá reconnaît le travail de toute l’équipe

Ainsi, Nvono-Ncá a tenu à saluer le travail de chacun des avocats internationaux, Michael Wood, Jean Charles Tchikaya, Maurice Kamto, Alfredo Corsato, Omri Sender, Alain-Guy Tachou-Sipowo. Sans oublier, bien entendu, celle de toute l’équipe de Guinée équatoriale qui a toujours été à la pointe du travail. Une délégation conduite par le ministre délégué de la Justice, Juan Olo Mba, et également composée de différents procureurs généraux, les ambassadeurs de Guinée équatoriale en France et en Suisse, Miguel Oyono Ndong et Lázaro Ekua Avomo; et les avocats Francisco Evuy Nguema Mikue, Francisco Moro, Magdalena Nanda Nzambi.

Je ne peux nier que le travail de la délégation de la Guinée équatoriale a été plus qu’exemplaire, à égalité avec notre rival devant les tribunaux, et que sans eux, nous n’aurions jamais été aussi loin.

Carmelo Nvono-Ncá

Enfin, l’Ambassadeur n’a pas voulu oublier l’équipe de la Mission diplomatique de Bruxelles qui, avec lui, a travaillé sur cette affaire au cours des quatre derniers mois, en particulier ses deux assistantes Emilia Ndoho et Carmen Matas.

CIJ | France | Justice Internationale | Pays Bas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.