Agente ante la Corte Internacional de Justicia

La Cour internationale de Justice (CIJ), la plus haute instance judiciaire des Nations Unies, tient aujourd’hui et jusqu’au vendredi 21 février, qui seront les dernières audiences sur le cas de la Guinée équatoriale contre la France.

La dernière semaine d’auditions a été ouverte avec la présentation de la délégation de la Guinée équatoriale. L’Ambassadeur de notre pays aux Pays-Bas, et agent de la Guinée équatoriale auprès de la Cour, a ouvert la journée par un discours introductif devant la Cour, dans lequel il a assuré que « la France fait de fausses interprétations de la prestigieuse Convention de Vienne sur les relations diplomates dans ce temple de la justice internationale pour tenter de justifier les graves violations de la Convention commises contre la Guinée équatoriale ».

L’ambassadeur Nvono-Ncá a terminé son discours en soulignant que « la délégation de la France vient devant cette prestigieuse Cour avec de fausses accusations contre la Guinée équatoriale. Et il semble, en effet, que la France veuille poursuivre devant vous les attaques contre la dignité de mon pays qui ont commencé il y a près de 10 ans devant les tribunaux français, où notre vice-président, et même notre chef de l’Etat, a été accusé de des crimes qui, de notre point de vue, n’ont jamais eu lieu ». « La dignité de mon chef de l’Etat est intouchable », a-t-il conclu.

Aujourd’hui, ce sera le premier tour des allégations de la délégation française et un second tour d’allégations orales aura lieu mercredi et vendredi.
[vc_row][vc_column][vc_gallery interval= »3″ images= »8181,8178″ img_size= »large »][/vc_column][/vc_row]

CIJ | France | Justice Internationale | Pays Bas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.