Formación técnica OMI

Le représentant de la Guinée équatoriale auprès de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) à Londres, Carmelo Nvono-Ncá, a reçu un renforcement technique en matière de sécurité maritime au sein de l’importante organisation internationale. Un concept devenu l’un des objectifs clés du diplomate équato-guinéen.

Plus précisément, la Représentation de l’Espagne auprès de l’OMI a été chargée de répondre positivement à la demande de formation technique formulée par l’Ambassadeur Nvono-Ncá. Tout cela remonte à la dernière Commission de Coopération Technique, qui a eu lieu en décembre dernier, et au cours de laquelle Nvono-Ncá a exprimé la préoccupation de la Guinée équatoriale face aux processus parfois complexes d’adoption, d’entrée en vigueur, d’adhésion, d’amendement, application et procédure d’acceptation tacite des différentes conventions internationales liées à l’OMI. L’Espagne a été l’un des pays qui a réagi positivement aux besoins exprimés par la Guinée équatoriale.

J’ai demandé une aide technique urgente pour trouver un moyen par lequel notre pays puisse s’adapter et répondre le plus rapidement possible aux demandes de l’Organisation maritime internationale.

Carmelo Nvono-Ncá

Ainsi, la Représentation permanente de l’Espagne auprès de l’Organisation maritime internationale a organisé une formation personnalisée et spécifique de Víctor Jiménez, ministre des transports et représentant suppléant de l’Espagne auprès de l’OMI, et Andrés Galván, attaché aux affaires maritimes de l’organisation internationale. C’est l’une des collaborations que l’Ambassadeur recherche pour que la Guinée équatoriale puisse se conformer aux conventions de l’OMI qui doivent commencer à être ratifiées à partir de 2023.

Londres | OMI | Sécurité maritime

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.