La France a clôturé vendredi passé son dernier cycle d’allégations orales devant la Cour Internationale de Justice (CIJ), l’instance judiciaire suprême des Nations Unies, dans l’affaire qui l’oppose à la Guinée équatoriale.

Lors de son réquisitoire, durant lequel l’Hexagone a présenté ses conclusions, l’agent de la délégation du pays français, François Alabrune, a demandé à la Cour internationale de justice de «rejeter l’ensemble des poursuites engagées par la Guinée équatoriale».

Le tribunal français a ouvert un procès en 2016 contre le vice-président de la Guinée équatoriale, pour lequel il a été condamné en février dernier à une amende de 30 millions d’euros, dans l’affaire dénommée « biens mal acquis ».

Avec cette demande et cette condamnation, la France n’a pas respecté le statut diplomatique de l’immeuble qui abrite l’ambassade de la Guinée équatoriale à Paris et que la France avait tenté d’embarquer. Il est prévu que la décision des magistrats de cette haute cour de l’ONU sera annoncée dans les prochains mois.

CIJ | France | Justice Internationale | Pays Bas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.