Vendredi dernier a eu lieu au prestigieux barreau des avocats Madrid, une réunion universitaire intéressante du groupe de pays qui pourraient être l’embryon du futur G5,un groupe qui réunit un pays de chaque continent et qui présente les caractéristiques d’être petit mais qui jouit d’un véritable potentiel tant économique qu’en termes de ressources.

Les conférences, organisées sous l’égide de la Société des études internationales  (SEI), comptaient évidemment sur la présence de la Guinée équatoriale en tant que pays africain, représenté par son ambassadeur à Bruxelles, Carmelo Nvono-Ncá.

Dans son discours, Nvono-Ncá a rappelé qu’en 2014, lors du voyage à Bruxelles du chef d’État de la Guinée équatoriale à Bruxelles, Teodoro Obiang, il « avait déjà l’initiative de trouver un mécanisme pour rendre visible le potentiel des petits pays » face aux adversités politiques et économiques dans le monde « .

Après cinq années de travail intense entre le SEI et l’Ambassade de Guinée équatoriale à Bruxelles, nous sommes arrivés à cette réunion qui a pour objectif de jeter les bases d’une alliance internationale des petits et grands pays. L’objectif est de défendre nos souverainetés et nos intérêts dans le respect du droit international », a ajouté l’Ambassadeur.

Une prochaine réunion, à laquelle seront conviés les autres pays respectant les mêmes caractéristiques, est prévue avant septembre.

Espagne | G5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.