Face à la création imminente de la nouvelle Cour Internationale d’Arbitrage Ibéro-américaine, qui réunira des pays de quatre continents différents, la Guinée équatoriale se porte candidate pour en être le siège. Cela placerait le pays équato-guinéen au premier rang des pays qui accueillent de grandes institutions judiciaires, comme La Haye, Strasbourg, Paris ou Londres.

Pour cela, l’Ambassadeur de Guinée équatoriale aux Pays-Bas, Carmelo Nvono-Ncá, a rendu visite à son homologue nicaraguayen à La Haye, Carlos Argüello Gómez, pour présenter cette candidature. En tant que doyen du corps diplomatique dans le pays néerlandais et membre de la Commission du droit international des Nations Unies (CDI), Argüello se positionne comme un grand expert sur la scène juridique internationale.

Étant donné que La Haye abrite l’un des tribunaux d’arbitrage les plus importants au monde, appartenant à la Banque mondiale, bientôt les pays de quatre continents s’uniront afin de construire un tribunal d’arbitrage prestigieux, appelé à garantir les investissements en Afrique, en Amérique latine et l’Asie, toujours avec l’expérience des États membres de l’Union européenne.

Siège de la Cour Internationale d’Arbitrage Ibéro-américaine

Il est prévu que cette même année, le siège principal et deux bureaux de haute représentation de cette importante Cour Internationale d’Arbitrage Ibéro-américaine seront désignés. L’Ambassadeur Carmelo Nvono-Ncá, par ordre du président de la République de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, défend depuis plus de trois ans les intérêts de la Guinée équatoriale au regard de son positionnement de siège d’une grande institution de justice internationale.

Le pays qui parviendra à accueillir ce siège deviendra un pôle important pour attirer les investissements étrangers.

Carmelo Nvono-Nca

Aujourd’hui, nous pouvons enfin signaler que la Guinée équatoriale fait partie des cinq pays candidats à devenir le siège principal de cette nouvelle Cour Internationale d’Arbitrage Ibéro-américaine. Selon les mots de Nvono-Ncá, « les candidatures de chaque pays et les avantages que chacun peut offrir seront prochainement débattus en Europe. Il faut se rappeler que le pays qui parvient à accueillir ce siège deviendra un pôle important pour attirer les investissements étrangers, puisque cette Cour permettra aux entreprises de ne pas accepter les juridictions nationales. Ils se soumettront à une juridiction internationale, neutre et transparente ».

Cour d'Arbitrage | Guinée équatoriale | Ibéro-Amérique | Justice Internationale | Pays Bas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.